Elections Legislatives 2007 – Bilan

Elections Legislatives Maroc 2007
A tête reposée, nous pouvons désormais dresser un petit bilan des législatives de 2007. Comme cela est revenu dans les médias ainsi que dans un grand nombre de blogs marocains, il est possible de faire trois constats :

1/ Le Taux de Participation :

Après une campagne de sensibilisation “Guerilla” (Chansons Rap, Stands Publics, Mégaphones, Télévision, Radio, Internet…) et un enthousiasme aveuglant, apprendre que deux marocains sur trois n’ont pas voté en a choqué plus d’un. Mais était-ce une surprise ?

Modestement, je prévoyais un taux d’abstention encore plus bas et l’opinion publique étayait cette thèse. Un mécontentement général sévit dans la société, en milieu urbain plus intensément. Résumer la chose en traitant les non-votants d’irresponsables serait donc bien crédule.

Certes, voter est un acte citoyen nécessaire pour ériger la démocratie marocaine, mais un jeune qui rêve de quitter clandestinement le pays (il en existent encore des centaines de milliers) ne se sent plus concerné par le Maroc et ses retournements.

Un autre jeune qui entend depuis sa tendre enfance que les députés sont tous malhonnêtes, que les élections ne servent absolument à rien et que le Parlement n’a aucun pouvoir exécutif ne voit même plus le bien-fondé de ces élections.

Un troisième jeune des quartiers populaires qui a étudié dans un lycée en ruine, qui a fréquenté une faculté morbide et qui a longtemps combattu le chômage et le déshonneur d’être entretenu pas sa famille refuse d’aider ceux qui saignent ce pays en offrant les 38.000dh et tous les privilèges du parlementaire à un portrait sur un tract.

Un dernier jeune qui a lu et décortiqué tous les programmes regarde le délabrement de sa ville et calque le travail de son conseil municipal sur celui des parlementaires. Venant des mêmes partis, il leur trouve un air de famille. Un proverbe marocain ne dit-il pas « Âalamatou Âala Khoualatou » ?

Le “marocain” a tenté d’envoyer un message fort au Gouvernement sortant et aux nouveaux élus, l’avenir nous dira s’il aura été efficace.

2/ Les fausses frayeurs :

Depuis un certain rapport américain relayé par les médias internationaux, une nouvelle race de politiciens voyait le jour : les Islamistes. Menaçant la béatitude du marocain moyen et projetant de faire du Royaume un Afghanistan (Bis), le PJD est devenu la bête noire d’une certaine catégorie d’intellectuels. La blogosphère marocaine, à travers nombres d’articles, en est un exemple édifiant.

Mais en laissant de côté cette paranoïa infantile, il est clair que le PJD n’est qu’un parti comme tant d’autres, certes à référentiel islamique, mais qui propose un programme “cohérent” sur certains points, “intéressant” sur d’autres et “évasifs” sur d’autres encore, comme toute formation politique qui se respecte. Il n’a jamais contesté le statut du Roi, encore moins incité au “Salafisme” (retour à l’Islam Originel) ni incité au “Takfir” (forme musulmane de l’excommunication).

Ce parti pris contre les hommes du Dr Saâd Eddine El OTHMANI laissait prévoir un clash entre les pro-PJD et leurs détracteurs qui espéraient un soulèvement populaire comme celui de la France contre Jean-Marie Le PEN. Il n’en fût rien !
Le parti a montré ses limites électorales en se classant deuxième, tant que la thèse de la corruption ne sera pas prouvée, et le marocain moyen a minimisé les inquiétudes de voir ses libertés individuelles régresser. Le Parti de la Justice et du Développement a inclut dans ses secteurs économiques à grande valeur ajoutée le Tourisme, et dans son volet éducatif et culturel les nouvelles technologies et les arts. Inutile donc de se faire un ulcère d’estomac… ;)

Ce qui peut néanmoins lui être reproché, c’est la dualité dans le discours. Sa grande ouverture d’esprit disparaît dans son quotidien Attajdid qui n’a finalement que peu d’impact sur l’opinion publique.

En somme, à part les partisans et les défenseurs du PJD, la majorité des votants l’ont fait pour le caractère “jeune et nouveau” du parti, et pour crier leur mécontentement aux restes des formations. Une manière de gifler des politiciens somnolents !

3/ Les surprises :

Peu de gens auraient misé sur le vieux parti de l’Istiqlal avant le Vendredi dernier. Avec à sa tête Abbas El Fassi dont la carrière a été entachée par le Scandale d’ANNAJATE et son poste de Ministre d’Etat sans portefeuille, le parti arrive tout de même en première position, talonné quelques siège plus loin par le PJD.

Des questions flottent cependant dans les airs : Qui sera le nouveau Premier Ministre ? Quelle sera la position du parti islamiste dans la nouvelle formation gouvernementale (opposition ?) ? Et quelle sera celle de l’USFP, grand perdant de ces élections ? Les socialistes pourraient reprendre leur place initiale et naturelle au sein de l’opposition parlementaire, mais rien n’est encore sûr.

Des figures emblématiques ont aussi chuté de manière spectaculaire, nous en citeront trois ministres : Nabil BENABDALLAH (PPS), Nouzha CHEKROUNI (USFP) et Mohamed ALACHAARI (USFP).

Pour bien résumer ce chapitre clé de l’histoire du Maroc, il n’est pas exagéré de dire que le bilan ne peut qu’être bénéfique. Une refonte de la carte ministérielle, un message fort envoyé aux nouveaux élus qui seront sanctionnés dans les urnes en cas de fraude, des rebondissements, une transparence internationalement certifiée, la disparition temporaire de la phobie PJDiste…

Pour Agadir et ses alentours, aucune grande surprise, contrairement aux listes nationales, avec un partage plus ou moins équitable entre les formations en lise pour les sièges au parlement, avec des visages très connus de la scène politique soussie revenus à la charge :

Agadir – Idaoutanane :

Abdellah LAROUJI (Union Socialiste des Forces Populaires).
My Mohamed El MESSAOUDI (Rassemblement National des Indépendants)
Brahim ZERKDI (Mouvement Populaire)
Aissa M’KIKI (Parti de la Justice et du Développement)

Taroudant (Nord et Sud) :

Mohamed SAJID (Maire de Casablanca – Union Constitutionnelle)
El Habib El BOUBEKRAOUI (Parti de l’Istiqlal)
Hassan El YAMANI (Union Marocaine Démocratique)
Abdessamad KAYOUH et Lahcen AHROUCH (Parti de l’Istiqlal)
Brahim LAABIDI (Parti de la Justice et du Développement)
Mohamed BOUHDOUD BOUDLAL (Rassemblement National des Indépendants)

Chtouka – Aït Baha :

Said DOR (Union Constitutionnelle)
Mustapha JELLOUNI (Parti de l’Istiqlal)
Lahcen FATHALLAH (Gauche Unifiée)

Inezgane – Aït Melloul:

Mohamed OUMOULOUD (Union Constitutionnelle)
Abderrahmane NOURDINE (Parti de la Justice et du Développement)
Larbi KANSI (Parti Travailliste)

L'Auteur

Mehdi Reghai en quelques mots :
Autodidacte, responsable de publications au sein d'une agence Web et passionné de culture japonaise.


Publicité


A lire également


Vous pouvez continuer votre lecture sur des sujets similaires en consultant les articles suivants :


1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd"> Edit Themes ‹ Agadir Maroc – Informations Touristiques & Pratiques | Actualité | Evènement | Tolérance | Timitar — WordPress
WordPress 4.6.1 is available! Please update now.

Edit Themes

Comments (comments.php)

Recherche

VIAgadir N 6 Novembre - Decembre

  • VIAgadir N 6 Novembre - Decembre

Devenez contributeur !

  • Devenez contributeur sur Agadir-Souss.com

Sujets populaires

Aziz Akhennouch - AgadirSouss.com
Chambre de Commerce, d'Industrie et des Services d'Agadir - AgadirSouss.com
Tariq Kabbage - AgadirSouss.com
Festival Gnaoua et Musiques du Monde d'Essaouira - AgadirSouss.com
Festival Timitar d'Agadir : Signes et Cultures - AgadirSouss.com
Football - AgadirSouss.com
Amarg Fusion - AgadirSouss.com
Skateboeard - AgadirSouss.com
Institut Français d'Agadir - AgadirSouss.com
Cinéma - AgadirSouss.com
Université Ibn Zohr - AgadirSouss.com
Concert pour la Tolérance - AgadirSouss.com

Publicité

1.0 Transitional//EN" "http://www.w3.org/TR/xhtml1/DTD/xhtml1-transitional.dtd"> Edit Themes ‹ Agadir Maroc – Informations Touristiques & Pratiques | Actualité | Evènement | Tolérance | Timitar — WordPress
WordPress 4.6.1 is available! Please update now.

Edit Themes

Footer (footer.php)